CHARTE DES JOURNALISTES D’APM INTERNATIONAL

 

PRÉAMBULE

La présente charte a pour objet de rappeler les principes essentiels d'indépendance, de liberté d'expression, de fiabilité, de réactivité et d’impartialité de l'information défendus par APM International, filiale du groupe Wilmington Plc et ses différents titres, et de préciser les droits et devoirs de ses journalistes et de ses dirigeants.

Ces principes s’appliquent au site APMnews.com, entièrement financé par les abonnements, comme aux autres services rédactionnels d’APM International, y compris ceux financés entièrement ou partiellement par des annonceurs.

Elle engage ses signataires, notamment le président d'APM International d'une part, et les journalistes ou le cas échéant la société des journalistes appartenant aux rédactions d'APM International d'autre part.

L’objectif d’APM International et de ses titres est de fournir une information vérifiée, précise, fiable, libre, indépendante et impartiale.

La ligne éditoriale ne saurait être guidée ni infléchie par les intérêts de ses actionnaires, de ses annonceurs ou de tout acteur extérieur à la rédaction. Le responsable de la rédaction est le responsable de la ligne éditoriale et du contenu des publications.

Cette charte s’applique sans préjudice de la politique anti-corruption de Wilmington Plc, auquel tout salarié est soumis.

PRINCIPES GENERAUX

Les journalistes d’APM International rappellent leur attachement à la Déclaration des devoirs et des droits des journalistes de 1971, dont les principes s'appliquent à la réalisation de tous les contenus éditoriaux produits, quels que soient leurs supports.

La Déclaration est jointe en intégralité en annexe de la présente charte.

Les journalistes portent un regard critique sur l’actualité afin d'en rendre compte au mieux et avec réactivité, sans préjugés ni parti-pris, tout en reflétant le pluralisme des opinions.

Ils vérifient leurs informations, s'interdisent toute manipulation, plagiat et approximation. Ils ne relaient pas les rumeurs.

Ils citent de façon rigoureuse leur source, tout en garantissant les principes relatifs à la protection des sources des journalistes.

Les journalistes disposent des moyens nécessaires pour exercer rigoureusement leur métier, indépendamment de toute pression extérieure.

Ils jouissent d’une complète indépendance éditoriale à l'égard des actionnaires, des annonceurs, des pouvoirs publics, politiques, économiques, idéologiques et religieux.

Ils s'interdisent de servir des intérêts particuliers ou ceux de groupes, syndicats, partis politiques ou tout autre organisme.

Ils évitent tout lien d'intérêt avec les acteurs des secteurs sur lesquels ils écrivent, et s'engagent à se déporter en cas de conflits d’intérêts. Ils ne couvrent pas un domaine dans lequel un membre de leur famille ou de leur entourage proche occupe une fonction d'autorité. Ils n'achètent pas d'actions d'une société dont ils suivent les activités. Ils peuvent toutefois déroger à ce principe lorsque l'acquisition d'actions, en nombre limité, est nécessaire pour accéder à certaines informations (assemblées générales…). Le responsable de la rédaction doit être informé en cas de conflit d’intérêts.

Ils s’engagent à citer comme tel tout actionnaire ou filiale du groupe auquel appartient APM International.

Ils ne dénigrent pas les medias concurrents.

ASPECTS PRATIQUES

Citations et interviews

Les citations et interviews ne doivent pas être relues par les personnes interrogées, ou alors dans le seul but d'éviter toute erreur factuelle ou de compréhension. La relecture n’a pas pour objet la modification substantielle des propos. Si la personne interrogée modifie substantiellement la teneur de ses propos, l'auteur peut, avec le responsable de la rédaction, refuser de publier la citation ou l’entretien.

Droit de réponse

Les droits de réponse doivent respecter la législation en vigueur. Tout journaliste concerné par la publication d’un droit de réponse doit en être informé avant sa publication. Il en va de même pour les rectificatifs.

Voyages de presse

Le déplacement et l’hébergement des journalistes, y compris lors des congrès scientifiques, sont intégralement pris en charge par APM International.

Le voyage de presse, déplacement organisé à des fins promotionnelles et pris en charge totalement ou partiellement par un organisme extérieur, doit rester exceptionnel et être envisagé lorsque le refuser reviendrait à priver les lecteurs d’informations importantes.

L’acceptation d'un voyage de presse doit faire systématiquement l'objet d'une discussion avec un responsable hiérarchique, afin d'en déterminer l'intérêt et la nécessité. La participation à un voyage de presse ne saurait valoir engagement du journaliste ou de sa rédaction à publier un article en résultant.

Si l'information est issue d'un voyage de presse, la dépêche ou l'article en résultant doit en faire mention.

Conférence de presse

La participation à une conférence de presse ne saurait valoir engagement du journaliste ou de sa rédaction à publier une dépêche ou un article en résultant. La dépêche ou l'article résultant d'une conférence de presse ou d’un déjeuner de presse doit en faire mention.

Cadeaux

Les journalistes s'engagent à refuser de recevoir ou donner tout cadeau et avantage. Ils n’acceptent aucun don en espèces et en nature. Ils ne participent pas à des concours organisés par un des acteurs du champ d’APM International et donnant lieu au versement d’un avantage.

Lors d’un repas professionnel, un journaliste fait payer sa part par APM International ou convient avec son interlocuteur qu’une règle d’alternance de paiement du repas prévaut si des rencontres similaires ont lieu régulièrement.

Collaborations extérieures

Sans préjudice des interdictions et limitations résultant de leur contrat de travail et de la convention collective des journalistes, les journalistes ne peuvent prendre part à des opérations commerciales ou de communication pour le compte de tiers. Il n’en va autrement que s’ils interviennent en qualité de spécialistes, au nom d’APM International, après autorisation du responsable de la rédaction, et si le projet ne nuit pas à l’image d’APM International.

Devoir de réserve

Les journalistes observent la plus grande discrétion sur ce qui a trait aux travaux et projets d’APM International.

Publication des dépêches et articles

Toute dépêche ou article est relu et validé avant publication, par un journaliste distinct du ou des rédacteurs concernés.

Signature

Les journalistes peuvent refuser que leur nom ou leurs initiales apparaissent en signature de la dépêche ou de l'article s’ils considèrent que les modifications apportées par la rédaction en dénaturent le sens.

Mentions

« Exclusif »

Les journalistes s’assurent du caractère exclusif d’une information -qu’elle n’a pas été publiée auparavant par un media ou un site accessible au public- pour revendiquer cette mention.

« Envoyé spécial »

Cette mention signifie que le journaliste a été envoyé sur les lieux de l’évènement et qu’APM International a pris en charge son déplacement.

DROITS ET DEVOIR DES ACTIONNAIRES

Les actionnaires d’APM International garantissent son indépendance économique au sens de la présente charte, mais n’interviennent pas dans les choix éditoriaux et le traitement de l'information.

Ils s'engagent au respect des principes définis par la charte.

Les actionnaires n'assistent aux conférences de rédaction que sur invitation mais n'y interviennent pas. Ils s'interdisent de commander un article et de donner des instructions pour modifier un article ou empêcher sa publication.

PUBLICITÉ

Dans chacun des supports, l'espace rédactionnel et l'espace publicitaire ou promotionnel doivent se distinguer sans ambiguïté et sans prêter à confusion.

Les impératifs publicitaires ne doivent pas influer sur les choix éditoriaux. Les journalistes ne contribuent pas, même de manière anonyme ou à titre gracieux, à la conception des contenus publicitaires.

Les annonceurs n'ont aucun droit de relecture et d'intervention sur les contenus rédactionnels quels qu’ils soient.

ADOPTION DE LA CHARTE

Après consultation des journalistes, la charte sera adoptée par vote à la majorité des deux tiers, dans l’attente de la création d’une instance collégiale élue par la rédaction, par exemple une société des journalistes d’APM International.

MODIFICATIONS DE LA CHARTE

La charte sera traduite en anglais et publiée dès son entrée en vigueur. Elle restera accessible en intégralité et à tout moment.

Elle est signée par la rédaction et la direction, et remise aux actionnaires.

Une instance collégiale élue par la rédaction est garante de l’application de la charte.

Toute modification de la charte devra faire l'objet d'un vote de la rédaction.

 

ANNEXE

DECLARATION DES DEVOIRS ET DES DROITS DES JOURNALISTES

Cette déclaration a été rédigée et approuvée à Munich, les 24 et 25 novembre 1971. Elle a été adoptée depuis par la Fédération internationale des journalistes (FIJ), par l'Organisation internationale des journalistes (OIJ), et par la plupart des syndicats de journalistes d'Europe.

PREAMBULE

Le droit à l'information, à la libre expression et à la critique est une des libertés fondamentales de tout être humain.

De ce droit du public à connaître les faits et les opinions procède l'ensemble des devoirs et des droits des journalistes.

La responsabilité des journalistes vis-à-vis du public prime toute autre responsabilité, en particulier à l'égard de leurs employeurs et des pouvoirs publics.

La mission d'information comporte nécessairement des limites que les journalistes eux-mêmes s'imposent spontanément. Tel est l'objet de la déclaration des devoirs formulée ici.

Mais ces devoirs ne peuvent être effectivement respectés dans l'exercice de la profession de journaliste que si les conditions concrètes de l'indépendance et de la dignité professionnelle sont réalisées. Tel est l'objet de la déclaration des droits qui suit.

DECLARATION DES DEVOIRS

Les devoirs essentiels du journaliste dans la recherche, la rédaction et le commentaire des événements sont :

1. Respecter la vérité, quelles qu'en puissent être les conséquences pour lui-même, et ce, en raison du droit que le public a de connaître la vérité.

2. Défendre la liberté de l'information, du commentaire et de la critique.

3. Publier seulement les informations dont l'origine est connue ou dans le cas contraire les accompagner des réserves nécessaires; ne pas supprimer les informations essentielles et ne pas altérer les textes et documents.

4. Ne pas user de méthodes déloyales pour obtenir des informations, des photographies et des documents.

5. S'obliger à respecter la vie privée des personnes.

6. Rectifier toute information publiée qui se révèle inexacte.

7. Garder le secret professionnel et ne pas divulguer la source des informations obtenues confidentiellement.

8. S'interdire le plagiat, la calomnie, la diffamation et les accusations sans fondement, ainsi que de recevoir un quelconque avantage en raison de la publication ou de la suppression d'une information.

9. Ne jamais confondre le métier de journaliste avec celui du publicitaire ou du propagandiste; n'accepter aucune consigne, directe ou indirecte, des annonceurs.

10. Refuser toute pression et n'accepter de directive rédactionnelle que des responsables de la rédaction.

Tout journaliste digne de ce nom se fait un devoir d'observer strictement les principes énoncés ci-dessus. Reconnaissant le droit en vigueur dans chaque pays, le journaliste n'accepte en matière d'honneur professionnel que la juridiction de ses pairs, à l'exclusion de toute ingérence gouvernementale ou autre.

DECLARATION DES DROITS

1. Les journalistes revendiquent le libre accès à toutes les sources d'information et le droit d'enquêter librement sur tous les faits qui conditionnent la vie publique. Le secret des affaires publiques ou privées ne peut en ce cas être opposé au journaliste que par exception et en vertu de motifs clairement exprimés.

2. Le journaliste a le droit de refuser toute subordination qui serait contraire à la ligne générale de l'organe d'information auquel il collabore, telle qu'elle est déterminée par écrit dans son contrat d'engagement, de même que toute subordination qui ne serait pas clairement impliquée par cette ligne générale.

3. Le journaliste ne peut être contraint à accomplir un acte professionnel ou à exprimer une opinion qui serait contraire à sa conviction ou à sa conscience.

4. L'équipe rédactionnelle doit être obligatoirement informée de toute décision importante de nature à affecter la vie de l'entreprise. Elle doit être au moins consultée, avant toute décision définitive, sur toute mesure intéressant la composition de la rédaction : embauche, licenciement, mutation et promotion des journalistes.

5. En considération de sa fonction et de ses responsabilités, le journaliste a droit non seulement au bénéfice des conventions collectives, mais aussi à un contrat personnel assurant la sécurité matérielle et morale de son travail ainsi qu'à une rémunération correspondant au rôle social qui est le sien, et suffisante pour garantir son indépendance économique.